Infos Togo Politique

Après les candidats en lice pour les législatives, Adjamagbo, Fabre et compagnie entrent aussi en campagne…

Publié le mercredi 5 décembre 2018, par Gabinho

Tenez-vous bien, à chacun sa campagne. Alors que depuis le 04 Décembre dernier, les plus de 800 candidats en lice pour les législatives du 20 Décembre 2018 sont en campagne à la conquête de l’électorat, il ne s’agira pas de campagne en vue des législatives pour la C14 mais bien de campagne autour de la lutte qu’elle mène depuis sa création l’année dernière, en vue des réformes, de l’assainissement du cadre électoral et du vote de la diaspora.

En conférence de presse ce mercredi à Lomé, Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, Coordinatrice de la C14 et ses pairs de l’opposition togolaise disent ne pas se fier à l’interdiction à eux imposée par le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, Payadowa Boukpessi. Et donc, devant la presse nationale et internationale, cette Coalition dont l’appel à une journée Togo Mort hier Mardi n’a pas réellement porté ses fruits, a annoncé un nouveau programme de manifestation qui vient en contre à celle de la campagne électorale.

La C14 organise donc à compter de demain, Jeudi (06) et le Vendredi (07) Décembre 2018, une caravane de sensibilisation dans les rues de Lomé et des villes de l’intérieur du pays.

Et le samedi 8, lundi 10, mardi 11, mercredi 12 et vendredi 13 décembre, cette la Coalition des 14 et ses militants seront dans la rue à Lomé et sur toute l’étendue du territoire national pour une marche synchronisée. Elle ne s’arrêtera pas là mais, reconduira cette marche synchronisée les samedi 15, dimanche 16, lundi 17 et mardi 18 décembre 2018. Les militants et sympathisants sont donc appelés à rester à l’écoute pour connaitre des itinéraires de ces manifestations au programme.
Pour le Chef de file de l’opposition, Jean-Pierre Fabre, il n’est pas question d’accepter quelque disposition gouvernementale qui visera à interdire cette série de manifestations et qui ne serait qu’arbitraire. « Les autorités togolaises seraient responsables de ce qui arrivera si elles venaient à prendre une telle décision. Il s’agit pour nous d’empêcher des lendemains difficiles et dramatiques à notre pays le Togo », avertit le député et candidat malheureux à la présidentielle de 2015 et président de l’ANC (Alliance nationale pour le changement).

A la suite de Jean-Pierre Fabre, c’est Mme Adjamagbo-Johnson a martelé une nouvelle fois ses fortes convictions : « Nous voulons changer ce régime et nous allons le changer. Nous savons qu’il nous attend sur le terrain de la violence. Nous n’irons pas sur ce terrain avec eux mais nous arrivons à nos objectifs ». Objectif qui à tout prendre est de faire obstacle au scrutin du 20 Décembre prochain.

En tout cas, pour les manifestations de l’opposition, M. Fabre dit oser croire que les autorités togolaises « vont prendre leur responsabilité pour éviter le chaos au Togo alors que la CEDEAO est engagée à conduire les Togolais vers une sortie de crise paisible. S’ils n’empêchent pas ce qui se prépare au Togo, la CEDEAO aura échoué. Ils en sont conscients ».
T228