Infos Togo Crise politique au Togo / Dialogue inter-togolais

Alberto Olympio : « Si le dialogue était une solution, cela fait 20 ou 30 ans qu’on le saurait »

Publié le mercredi 7 février 2018, par

Il ne croit vraiment pas au dialogue inter-togolais qui s’ouvre le 15 Février prochain comme solution à la crise politique qui secoue le Togo depuis presque six mois. L’ancien président du Parti des Togolais, Albert Olympio, dans une interview à nos confrères de Liberté y va de son appréciation.

« Si le dialogue était une solution, cela fait 20 ou 30 ans qu’on le saurait. Depuis octobre 1990 que nous sommes en train de nous battre, combien de dialogues avons-nous faits ? J’en ai compté une trentaine, et à chaque fois on s’engage à faire des choses, mais rien ne se fait. On a signé l’APG ça fait plus de 11 ans. Ce n’est que du dilatoire. […] D’ailleurs moi je le dis clairement, n’importe quel homme politique qui accepte de faire les dialogues, rien que pour signer encore un accord qui va maintenir ce régime en place, trahit le peuple. Maintenir ce régime en place, on verra qu’ils vont encore nous berner, ils ne respecteront pas leur propre parole », telle est l’analyse de M. Olympio.
Pour celui qui, depuis plusieurs années, dit être devenu un exilé politique, « la seule solution aujourd’hui c’est ou, ils partent ou, on les fait partir. Pour qu’ils partent, on peut négocier leur condition de départ, nous sommes prêts à tout négocier là-dessus. Je l’ai toujours dit depuis le premier jour que suis entré en politique au Togo pour changer les choses et non faire une chasse aux sorcières. Il n’y aura pas de chasse aux sorcières s’ils décident de partir. Ils pourront rester au pays, réinvestir tout l’argent qu’ils ont pillé au Togo, au moins ça nous servira à quelque chose et ils ne seront pas obligés d’aller en exil comme moi je le suis aujourd’hui. C’est ça qu’il faut qu’on négocie. Pour ça je suis d’accord qu’on aille au dialogue. Mais ça, c’est notre dialogue à nous, c’est-à-dire qu’il est prêt à partir, lui et son système ».

il faut toutefois reconnaitre que malgré que l’homme soit sceptique pour le dialogue, le Parti des Togolais, à la tête de laquelle son frère Nathanael Olympio assure l’intérim, reste toujours membre de la Coalition des 14 partis de l’opposition qui se bat pour un dialogue direct avec le pouvoir sans les autres partis politiques de l’opposition qui ne sont pas au sein de cette coalition.
T228