Infos Togo Pour l’implantation de vos fermes agricoles et forêts

« Agro ENBRANTOS » de Ditorga Brangama se met à votre service

Publié le samedi 9 mai 2020, par Gabinho

Un nouveau nom dans le monde de l’Agriculture et de la protection de l’environnement au Togo, l’entreprise Agro ENBRANTOS. Mise sur pied par le jeune togolais, Ditorga Brangama, depuis 2018, cette structure qui a des bureaux à travers le pays, a la particularité d’assister les Togolais paysans comme non paysans, mais disposant de terres agricoles, à mettre en place leurs fermes agricoles, leurs forêts et leurs entretiens à travers des actions diverses. Vendredi, il était à l’honneur et en face des journalistes membres de la Plateforme des médias « Bouge avec le 228 », à Lomé.

Deux domaines d’activités clés pour Agro ENBRANTOS
« Nous les jeunes, si on veut rester les bras croisées, attendre la fonction publique, les concours, on sera en retard, d’où l’idée de créer sa propre entreprise. J’ai pris Agro ENBRANTOS, c’est le nom de l’entreprise de mon papa qui était dans les BTP, pour le transformer en Agro ENBRANTOS (Entreprise Brangama Toumbergou Symphorien). Je suis un Technicien Agro Forestier, et donc je me suis dit, pourquoi ne pas développer ce secteur. L’idée de l’entreprise, Agro ENBRANTOS, porte sur deux domaines : le domaine agricole et le domaine Environnemental. Elle a été créée pour aider l’Etat puisque l’Etat ne peut pas jamais satisfaire pleinement les besoins des populations. Et que nous en tant que spécialiste dans l’agriculture et l’environnement, nous comptons aider ceux qui veulent entreprendre dans le domaine de l’agriculture et qui ne savent pas comment s’y prendre. Nous avons donc créé des associations pour faire évoluer les idées.
Au niveau de l’agriculture, nous créons des fermes agricoles aux gens. Si on nous fait signe, nous venons, nous faisons les perspectives du terrain, et on signe des contrats pour pouvoir travailler avec toi pour mettre sur pied une ferme agricole adaptée à ce que l’on veut. Dans l’agriculture, il y a plusieurs domaines, à savoir maraichage, l’élevage, l’horticulture…
Au niveau de l’environnement, nous avons idée d’amener les variétés améliorées (mangues, oranges, anacardes, les cocotiers…) au Togo. Ces variétés qui pourront aider non seulement les populations mais les paysans. Nous avons donc créé des pépinières agricoles partout dans le pays pour pouvoir non seulement aider les paysans mais les pépiniéristes, les former sur l’idée de l’entreprenariat. Pour faire le reboisement, il faut avoir l’idée de montrer comment planter l’arbre et quelles sont les variétés, qu’ils peuvent planter et en profiter, parce qu’il y a les arbres fruitiers, les agrumes, et il y a les arbres forestiers.
Maintenant nous avons aussi l’idée d’accompagner les paysans qui plantent mais qui ne connaissent pas l’utilité des arbres et qui plantent seulement parce qu’on a dit de planter. Il faut les accompagner pour qu’ils comprennent ce qu’est l’arbre. Exemple de quelqu’un qui plante des tecks 1 hectare mais qui ne sait pas qu’il faut faire des interventions sylvicoles, il faut faire le pays de titre de reboisement. A un moment donné il constate qu’il a planté mais qu’il n’y gagne pas. ENBRANTOS est là pour pouvoir aider le ministère de l’Environnement à montrer à ces paysans l’utilité de ces arbres et comment il faut le reboiser
 », telle est la présentation faite par le Directeur général, Ditorga Brangama, de son entreprise.

S’il ne tarit pas d’éloge pour le département de l’Environnement, où il fonde ses actions sur ses connaissances au Centre de recherche FAO à Davié et sur le parrainage du Docteur-Commandant Afélou, il n’en demeure pas moins pour celui de l’Agriculture. Pour ce qui est du ministre de l’Agriculture, le responsable de ENBRANTOS salue le choix porté sur Noël Koutéra Bataka, qui d’après lui, en allant dans les contrées, on constate que « les paysans connaissent aujourd’hui la valeur de l’agriculture, ils maitrisent aujourd’hui avec l’aide du MIFA, la valeur de l’agriculture. C’est pourquoi nous qui investissons dans l’entreprenariat comme Agro ENBRANTOS, nous avons besoin de le soutenir ». Il l’appelle dès lors à aller, en tant que technicien, à toujours foncer, à aller à la rencontre des paysans pour pouvoir les accompagner. «  Nous sommes là pour l’accompagner et l’appuyer pour le développement des paysans », promet-il.

En appui à son supérieur, son Assistant, Kebalo Kadissoli, se veut précis. «  Il y a un élément, on pense qu’on produit pour produire. C’est ça au niveau du paysan. Et nous, dans notre structure, quand nous nous mettons avec vous, accompagnons au niveau des marchés, d’où nous avons des contacts avec les agrégateurs. D’une manière brève, nous avons déjà un marché. Par exemple vous produisez du Soja, on vous accompagne dès l’implantation, vous produisez le Soja et on vous prend. Il y a déjà le marché qui est assuré. Nous orientons ceux qui veulent implanter des fermes à choisir les secteurs porteurs dans l’agriculture. Exemple, de quelqu’un qui produit le maïs. La question est de savoir si aujourd’hui le maïs est un secteur porteur. Là, nous orientons les producteurs à choisir les secteurs porteurs. Une autre chose, vous allez voir quelqu’un qui dit qu’il a une ferme de 100 à 200 hectares mais sans aménagement rural, c’est encore un grand souci. Nous avons une équipe dynamique composée aussi des ingénieurs Génie civil qui nous accompagnent. Et donc nous vous construisons une ferme avec un aménagement rural, les routes y compris tout. Aussi, nous travaillons avec ceux qu’il faut pour vous éviter ces affaires de terrains litigieux. C’est l’occasion d’en appeler aussi à certains de nos amis à ne pas hésiter à s’aventurer vers les programmes de PAIEJ SP, FAIEJ, le PNPER, qui financent des secteurs porteurs. Nous les invitons à s’y lancer  », a-t-il ajouté aux dires de M. Brangama.

Localisation d’Agro Enbrantos à travers le Togo
« Nous avons plusieurs bureaux. Nous avons des bureaux est à Dangbessito (vers Zanguéra), Davié (près de l’ODEF), Nyamassila, Langabou, Adjengré et Tifama (dans l’Adélé), qui tournent à plein temps par des jeunes gens qui sont payés sur les résultats. C’est en 2018 que l’idée de l’entreprise a germé. Nous avons accompagné et créé plusieurs fermes dont la ferme du Renouveau charismatique catholique du Togo de 16 hectares sur le système agropastoral, une ferme pour la Diaspora Etats-Unis-Canada à Kofiti, Agro Hambou, La ferme Divine à Agbélouvé, il y a l’ONG ABEP que nous sommes en train de suivre sur les fermes agricoles et accompagnement des groupements agricoles pour les amener en Coopératives », c’est la situation donnée par le premier responsable de cette société agro-environnementale.

Si l’on ne peut quantifier sans étude préalable le coût de l’accompagnement d’Agro ENBRANTROS, parce que dépendant de la localité et de la distance, l’entreprise se met avec le propriétaire de terrain ou le client pour pouvoir mieux casier le terrain ou la ferme. En bref, « en agriculture, c’est le terrain qui guide l’homme », renseigne M. Brangama, qui donne également des idées sur comment ils procèdent avec ceux qui les sollicitent : « tu veux implanter une ferme mais tu ne t’y connais pas ? Avec Agro ENBRANTOS, c’est possible. On te pose plusieurs questions. Tes objectifs, ce que tu veux en faire, quels types ou variétés de produits tu veux… Et c’est par rapport à tes réponses, on t’aide à implanter la ferme et à t’aider à trouver le marché, pour que des résultats suivent. On fait l’effort de t’imprégner, te montrer ce qui est fait pour que tu aies l’idée de ce qui est fait et on te donne des conseils ». Et M. Kadissoli résume cette démarche décortiquée par son patron en ces termes : « Nous vous orientons sur la qualité du travail, la quantité, le suivi du début jusqu’à la fin ».

Si tout porte à croire qu’en faisant des Agriculteurs ou Agripreneurs des millionnaires, Agro ENBRANTOS est sans soucis, il va falloir se détromper. « Nous à Agro ENBRANTOS, actuellement, nous avons un besoin en tracteur » et « on est sur les procédures pour en bénéficier de ceux que mettent à disposition le ministère de l’Agriculture mais notre priorité reste toujours d’accompagner les gens à créer pour se sentir à l’aise. On invite dès lors les gens à aller aussi vers là (MIFA et autres projets du gouvernement)  », conclut le jeune entrepreneur qui reste optimiste sur l’avenir de l’agriculture togolaise et surtout ses secteurs porteurs.

T228 (avec le concours de la plateforme « Bouge avec le 228)

N.B
Pour toute sollicitation, voici les contacts de l’entreprise Agro ENBRANTOS :
Cel : 91696857 / 96807059
E-mail : brangoditorga@gmail.com