Infos Togo Politique

Adjamagbo-Johnson ne veut pas être le « Jésus » du Togo

Publié le vendredi 8 juin 2018, par Gabinho

Deux (2) journées, zéro (0) marche, du moins pour ce qui est de Lomé, c’est le bilan qu’affiche la C14 pour la série de manifestations de trois jours les 06, 07 et 09 qu’elle avait prévue de faire. Dans un communiqué rendu public hier jeudi en soirée, cette coalition de l’opposition dont Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson est la Coordinatrice, « la situation socio-politique désastreuse de notre pays a poussé le peuple togolais dans les rues sur tout le territoire national et à l’étranger. Malgré le caractère pacifique des manifestations prévues les 6, 7 et 9 Juin 2018, le régime RPT-UNIR a, une fois encore, choisi de disperser à coup de gaz lacrymogène toute tentative de regroupement de manifestants à Lomé et dans certaines villes de l’intérieur du pays, les pourchassant jusque dans les maisons, violant ainsi le droit constitutionnel de manifestation ».

La Coalition des 14 partis politiques dit exhorter « les populations à se mobiliser massivement pour le succès des manifestations du samedi 09 juin 2018 et à se tenir prêtes pour répondre au mot d’ordre de Togo mort du Lundi 18 juin 2018 sur l’ensemble du territoire national ».

Si d’aucuns peuvent parler d’entêtement de l’opposition face à une pouvoir qui ne recule pas non plus devant rien, et de supplantation de cette opposition par le pouvoir appuyé par les forces de l’ordre et de sécurité et de défense, pour ce qui est de la série de marches de cette semaine, dame Adjamagbo-Johnson fait bien une autre analyse de situation.

« Le pouvoir n’a pas pris le dessus sur nous. Encore une fois, aux yeux du monde entier, nous avons réussi à montrer que les manifestations sont étouffées. La présence du dispositif militaire montre que la situation n’est pas normale et le message que nous voulons faire passer à l’opinion nationale et internationale, est passé », analyse-t-elle.

Aussi, évoquant la question des itinéraires qui a surtout fait l’objet de divergence entre la C14 et le gouvernement, la Secrétaire générale de la CDPA (Convergence Patriotique des Peuples Africains), qui réagissait chez nos confrères de Victoire Fm, a affirmé que « rentré dans cette logique du gouvernement, ce serait cautionné l’arbitraire et nous ne pouvons en aucun cas le faire ». Et donc, « si nous acceptons d’aller à Bè, demain, le gouvernement nous enverrait dans la mer pour manifester en haute mer ». Comme quoi, Brigitte Adjamagbo-Johnson ne veut pas comme Jésus marcher sur les eaux.
T228