Infos Togo Succession de Faure Gnassingbé à la tête de la CEDEAO

Addo plutôt que Buhari ?

Publié le lundi 16 juillet 2018, par

Alors que l’opposition togolaise ne jurait que par l’arrivée de Buhari à la tête de la CEDEAO pour en finir très rapidement avec le régime de Lomé dans cette crise qui secoue le Togo depuis bientôt un an, elle devra reporter ses attentes. C’est du moins ce que semble recommander les dernières informations sur celui qui prendra la succession de Faure Gnassingbé à la présidence de l’instance sous-régionale.
Selon certaines sources qui semblent être bien informées et qui, malgré le fait que le président Ghanéen, Nana Akufo-Addo ne se soit pas encore officiellement décidé, c’est bien le facilitateur dans la crise togolaise, qui devra prendre les commandes de la CEDEAO au terme du Sommet qui se tient à Lomé le 31 Juillet prochain.

Et comme pour justifier un tel choix que ses pairs pourront avaliser, l’on avance entre autres raisons, le règlement intérieur de la conférence des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO qui stipule qu’en aucun cas, un président ne peut prétendre à diriger l’instance si au cours de son mandat, des élections présidentielles sont prévues dans son pays. Ce qui devrait être finalement le cas du président nigérian, Muhammudu Buhari, dont le pays organise des élections présidentielles en Février 2019, pourtant précédemment pressenti pour prendre les rênes.

Autre raison qui pencherait la balance du côté du Ghanéen, se sont les nombreuses félicitations reçues pour son leadership dans la facilitation togolaise depuis les premières heures avant d’être finalement confirmé par la CEDEAO et accepté comme tel par l’UA.
T228