Infos Togo Démolitions d’habitations

ABOKA passe le témoin au ministre SESSENOU

Publié le vendredi 11 août 2017, par Gabinho

Le seul nom décrié dans tout le quartier Apédokoè ce vendredi n’est rien d’autre que celui du ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et du Cadre de Vie, Fiatuwo Aser Kwadzo SESSENOU. Entouré du Colonel Hodabalo AWATA, Préfet du Golfe et de Kossi Agbényégan ABOKA, président de la délégation spéciale de la préfecture du Golfe, il a démoli des constructions au grand désarroi des propriétaires. Raison, ces constructions sont sur des réserves administratives.

Le tracteur de l’ANASAP immatriculé TG 3233 A n’a laissé aucune pierre sur pierre qui n’a été démolie ; plus d’une heure lui a fallu pour faire écrouler toutes les constructions illégalement faites sur le site. L’opération aurait été encore plus vite que cela si quelques dernières minutes n’avaient pas été données aux concernés pour faire sauver ce qui pouvait encore l’être.

Les autorités indiquent avoir avisé plusieurs fois les concernés ; mais ces derniers rejettent tout en bloc. Parmi les constructions démolies, un bar-restaurant. Selon sa propriétaire, a de la peine à supporter ce qui venait de se passer. Elle n’a pas voulu donner son nom car, disait-elle aussi des parents qui sont autorités.

« Je suis propriétaire du bar-restaurant depuis 10 mois. On n’est pas venu directement vers nous. C’est ce matin que le propriétaire terrien nous dise que vraiment il avait été averti plusieurs fois et que c’est lui qui ne les avait pas informés », nous a informés cette dernière.

D’habitude pour ces genres de démolitions, c’est Kossi ABOKA, président de la délégation spéciale de la préfecture du Golfe qui décrié. Mais cette fois-ci, c’est le ministre SESSENOU qui est décrié.

« Moi j’ai pris la parcelle chez un certain Adodo ne sachant pas c’était une réserve administrative. Même le voisin d’à côté dont la maison a également été démolie vient d’avoir son document trois tampons. Je me suis approché du ministre SESSENOU croyant que c’est homme et que c’est un père de famille pour solliciter un peu de temps devant nous permettre d’évacuer des enfants dans la maison d’à côté om leurs parents ne sont pas là. Mais il ne m’a même considéré et a du coup ordonné de démolir. J’estime que le ministre nous a manqué du respect », a déploré la responsable du bar-restaurant.

Selon elle, ce n’est pas elle-même qui est ainsi ruinée, mais ses employés.

« Moi j’ai travaillé en France pendant 32 ans et je suis revenu au pays pour aider mes frères et sœurs à avoir un emploi. Actuellement, je suis à quelques années de la retraite mais je pleure seulement pour les 12 personnes que j’ai embauchées. Alors demandez au ministre SESSENOU ce qu’il pense faire à ceux que j’employais et qui sont ainsi réduit au chômage », a-t-elle ajouté.

T228