Infos Togo Au-delà de la libération des détenus

A quoi s’attendent Edoh Komi et le MMLK au terme du dialogue inter-togolais ?

Publié le jeudi 22 février 2018, par

Il n’y a plus besoin d’aller demander au Pasteur Edoh Komi, président de ce mouvement pour le savoir. Puisque, au travers d’un communiqué rendu public ce jour et dont nous avons reçu copie, le MMLK dont les actions veulent s’inspirer de celles de paix et de non-violence autrefois posées par le célèbre Pasteur américain, Martin Luther King, n’y est pas allé par quatre chemins pour formuler ses attentes.

Ce mouvement de la société civile togolaise dit saluer « l’application de ces décisions (de libération des détenus, ndlr) sur décret du président de la République et attend, au terme de ce dialogue, son attachement et son adhésion aux résolutions et recommandations qui s’y découleraient pour l’intérêt supérieur de la nation ». Il exhorte par la même occasion et « davantage la classe politique togolaise à accorder leur violon lors de ce dialogue sur l’essentiel qui tienne compte des fondamentaux du respect de la dignité humaine, de la démocratie, des droits de l’homme, de la bonne gouvernance, de la justice et de la liberté, gage du développement et de la croissance économiques de notre pays ». Le peuple pour sa part est appelé par l’homme de Dieu et son mouvement « à soutenir les présentes assises en implorant la miséricorde et la lumière de Dieu ».

Au-delà de tout ce qui précède, « le Mouvement Martin Luther KING se réjouit de la libération des compatriotes incarcérés depuis 2013 dans l’affaire des incendies des marchés de Kara et de Lomé et appelle à la levée définitive du contrôle judiciaire sous lequel sont encore placés certains leaders politiques et d’opinions ». Aussi, « exprime t-il sa satisfaction de l’élargissement d’une partie des citoyens arrêtés lors des manifestations de la coalition de l’opposition ces 6 derniers mois et souhaite ardemment voir le reste des militants encore incarcérés et les membres du Mouvement Nubueke, recouvrer également leur liberté ».
T228