Infos Togo SOCIÉTÉ

À mains, Gnalabè ouvre la voie de son développement

Publié le samedi 22 août 2020, par Gabinho

Naturellement enclavé par des montages, le village de Gnalabè (commune Wawa 1) est très difficile d’accès avec toutes ses conséquences sur les conditions de vie des populations. La population a pris son destin en mains pour aménager une piste rurale comprise entre 12 et 15 kilomètres. En moins de deux mois, presque la moitié du chantier est réalisé.

Les populations de Gnalabè et celles des villages voisins produisent au moins 25% des produits vivriers de la commune. Mais, si les autres arrivent plus ou moins facilement à évacuer les produits, ce n’est du tout pas le cas pour Gnalabè. C’est la croix et la bannière avant d’atteindre N’Taré-Kopé, un village voisin qui a eu la chance d’être desservi par la route Atakpamé-Badou.

Gnalabè est dans une cuvette car entouré de montagne. Cet enclavement constitue également un calvaire pour les populations en soins de santé, pire en consultations prénatales (CPN) pour les femmes enceintes.

“C’est fort de ces constats que les populations de Gnalabè ont décidé de prendre leur destin en main en attendant un éventuel appui d’ailleurs. Nous apprecions cette détermination de la population à laquelle nous n’avons pas hésité à nous joindre, nous autorités municipales”, explique Yao Ogah Assamoah, maire de la commune Wawa 1.

Ainsi, depuis bientôt deux mois, les travaux ont lieu chaque vendredi avec des outils traditionnels comme houe, daba, coupe-coupe, râteau et autres.

Hommes et femmes, ils sont déterminés à régler leur problème de désenclavement en aménageant une piste rurale les liant à N’Taré-Kopé, sur une distance totale comprise entre 12 et 15 kilomètres. En moins de deux mois, les travaux ont permis d’aménager entre 5 et 6 kilomètres.

“Les travaux évoluent à pas de caméléon mais de façon réelle si bien que si vous venez sur le terrain vous en serez émerveillés que la population ait pu faire cet ouvrage étonnant”, déclare le maire Assamoah.

Pour lui, la population a bien fait preuve d’engagement pour le développement communautaire. Les appuis extérieurs seront donc les bienvenus.

“Je voudrais lancer un appel aux autorités togolaises, des Ongs ou tout autre partenaire pour nous appuyer dans ce projet qui permettra le désenclavement de ce village dans les prochains jours”, plaide le numéro 1 de la commune Wawa 1.