Infos Togo Société

À Litimé, les activités agricoles vont prendre une nouvelle dimension

Publié le lundi 30 décembre 2019, par Gabinho

L’agriculture est la principale activité procurant du revenu des populations de Késibo, Kpétè-Bèna, Badou et Tomégbé. Composant la commune Wawa 1 (préfecture de Wawa), ces quatre cantons constituent la grande agglomération de Litimé. Cette activité va prendre prendre une nouvelle dimension, tel qu’annoncé par l’association des femmes Litimé pour le développement (FLD), lancée samedi.

L’association FLD a été mise en place samedi au terme d’une assemblée générale constitutive. Elle est dirigée par un bureau de neuf membres avec à la tête Thérèse Atsou. Le bureau est élu pour deux ans.

Améliorer les conditions de vie des enfants et des femmes est l’objectif de cette jeune association de femmes Akposso.Elle va spécifiquement parrainer les enfants, promouvoir les AGR et promouvoir l’accès des femmes au micro crédit à leurs soeurs.

L’association est créée par les femmes de Litimé pour les femmes de Litimé, en particulier et à toutes les femmes de la préfecture, pourquoi pas du Togo. Nous avons jugé utile de mettre en place cette association dans le but de palier un problème, celui de venir en aide aux femmes à la base, ces femmes-là qui se démerdent au jour le jour. Nous sommes là pour apporter notre contribution pour leur épanouissement”, a fait savoir Thérèse Adjovi Atsou, présidente de l’association FLD.

Le siège de l’association est pour le moment basé à Badou dans les locaux de la mairie. Organisation apolitique et à but non lucratif, l’association FLD a une durée de vie illimitée. Son slogan est ‘Action et développement’.

Les actions prioritaires vont essentiellement consisté en la redynamisation de l’activité agricole dans la zone.

Les prinvipales cultures sont gingembre, maïs, manioc, fonio. Les Akposso de Litimé cultivent aussi des produits de rente comme café et cacao qui n’arrivent malheureusement plus.

Nos parents avaient eu à cultiver le cacao et nous continuons de le cultiver, mais il ne donne toujours pas comme àvant. Nous ne pouvons pas croiser les bras mais il nous faut régénérer cette culture”, s’est engagée Mme Atsou.

Pour les cultures qui marchent encore comme le gingembre, leur transport vers le marché est un calvaire. Un marché frontalier ghanéen est préféré par les populations de Kpétè-Bèna notamment pour leurs gingembres.

La route du développement passe par le développement de la route. Pour cela nous allons faire des playdoyers auprès du gouvernement. Nous serons ravies de voir nos pistes être réhabilitées afin de nous éviter d’exporter ces produits vers les pays voisins”, a promis la présidente de l’association FLD.

La mise en place de l’association FLD répond aux objectifs pour le développement durable (ODD) des nations unies et le plan national de développement (PND) du Togo.