Infos Togo Sécurité maritime

La préfecture maritime réussit à déjouer un trafic de drogue

Publié le dimanche 25 mars 2018, par

En transit du Nigéria vers les eaux sous juridictions togolaises, le navire dénommé « EWO » battant pavillon panaméen est suspecté de trafic de drogue. Alertée, la Marine nationale, sous la direction du préfet maritime, a pris toutes les dispositions pour arraisonner le navire, le dérouter vers le Ports de Lomé et confier l’affaire au Procureur de la République pour des poursuites judiciaires.

Nous étions au jeudi 22 mars dernier aux environs de 9h. C’était le lancement des exercices maritimes « OBANGAME EXPRESS 2018 ». Cette année, l’opération se déroule dans tous les pas du Golfe de Guinée du 18 au 29 mars avec au programme des formations et le déroulement des scénarii.

Voici la version des faits, selon la Préfecture Maritime :

Ce matin aux environs de 09heures, le centre des opérations marines (COM) de Lomé a reçu du Centre Maritime Multinational de Coordination (CMMC) de la zone marine E, des informations concernant un navire soupçonné de trafic de drogue, en transit du Nigéria vers les eaux sous juridictions togolaises. Le commandant de la marine (COMAR)a rendu compte à sa hiérarchie, et a mis en alerte les senseurs de détection des centres des opérations marines de Lomé et de Kpémé et les forces navales.

La Marine nationale a informé le Préfet Maritime qui, à son tour, a demandé l’appui d’un moyen aérien par l’intermédiaire du CMMC Cotonou pour la localisation du navire incriminé. Il a mis en place une cellule de crise composée de toutes administrations impliquées dans la lutte contre le trafic de drogue.

Le COMAR a ordonné l’appareillage d’un patrouilleur à bord duquel sont embarqués : une équipe de fusiliers marins, deux officiers de police judiciaire de la gendarmerie maritime, deux agents de l’OCRTRIB, un agent des douanes et un inspecteur des affaires maritimes.

Une fois sur zone, l’aéronef MPA P3 du Portugal a confirmé la position du navire suspect dénommé « EXO », battant pavillon panaméen. Le navire suspect a refusé de coopérer au début. Il a fallu user des tirs de sommation avant qu’il n’obtempère. Le patrouilleur a procédé à son arraisonnement. Une équipe de visite a été déployée pour procéder aux investigations. Le Préfet Maritime a demandé au Procureur de la République près le Tribunal de première instance de Lomé, de prendre un acte pour le déroutement du navire vers le Port de Lomé pour la poursuite judiciaire.