Infos Togo Corruption

La piste de HAPLUCIA à Faure Gnassingbé pour tout mettre à nu !

Publié le jeudi 23 juillet 2020, par Gabinho

Les participants à la dernière célébration à Lomé de la journée africaine de lutte contre la corruption, notamment le 11 juillet dernier, n’oublieront pas l’allocution de Essohana WIYAO, le président de la haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et infractions assimilées (HAPLUCIA). Bon nombre n’ont pas hésité à qualifier cette intervention d’audacieuse. Tous, ils ont été unanimes que c’est une énième perche tendue au Chef de l’État Faure Essozimna Gnassingbé pour gagner cette bataille contre la corruption. Selon la HAPLUCIA, il lui suffit juste de poser un seul pas et tout sera mis à nu.

Ce seul acte fort à poser par le président de la république va faire bouger toutes les lignes et fera sortir tous les rapports de contrôle rangés dans les tiroirs et placards. Souvent indifférents vis-à-vis des allégations de corruption dans la presse, les juges pourront commencer par se saisir du moindre cas et situer très vite les responsabilités.

Une fois encore, tout dépend du chef de l’État Faure Gnassingbé et la HAPLUCIA a bien l’espoir qu’il posera cet acte.

"Nous avons espoir qu’il ne tardera pas à siffler la fin de la récréation par une déclaration forte contre l’impunité et en faveur d’une tolérance zéro contre des actes de corruption et infractions assimilées", déclarait Essohana WIYAO (président de HAPLUCIA en image)

Voici l’extrait du discours de Essohana WIYAO le 11 juillet lors de l’ouverture de la conférence-débat :

“Les manifestations et les causes de la corruption endémique en Afrique sont connues de nous tous. La pertinence des mesures anticorruption prescrites par les différentes conventions mondiales, continentales et régionales ne souffre l’ombre d’aucun doute. La question se pose alors de savoir pourquoi la persistance de ce cancer des économies nationales dans le monde en général et en Afrique en particulier ?

La réponse n’est point éloignée de nous. Elle ne relève nullement du secret des dieux, ni celui du Polichinelle. Le moment est venu d’appeler l’obstacle par son nom afin de lui faire face, vigoureusement et courageusement. Car la politique de l’autruche n’a jamais construit aucune nation.

…Si nos pays s’engagent avec la plus grande détermination dans le combat contre les gros obstacles qui se dressent sur la route du développement de l’Afrique, nous pouvons bien faire des exploits. Le ≪YES WE CAN≫ des Américains peut aussi bien être un slogan sonore en Afrique

Au Togo, nous avons été très heureux lorsque la volonté politique a été réaffirmée à partir des hauteurs de la ville d’Atakpamé par le Chef de l’État à l’occasion de la dernière campagne pour l’élection présidentielle, avec un accent mis sur la répression. Nous avons espoir qu’il ne tardera pas à siffler la fin de la récréation par une déclaration forte contre l’impunité et en faveur d’une tolérance zéro contre des actes de corruption et infractions assimilées.

C’est alors que les ministres et les premiers responsables des différents organismes publics n’auront plus d’autre choix que de sortir des rapports de contrôle des tiroirs et des placards pour les transmettre à la justice afin que les prédateurs des deniers publics répondent.

La cour des comptes et les autres organes de contrôle seront davantage motivés et fiers de leur travail. Les chefs des parquets n’hésiteront plus à se saisir et ouvrir des enquêtes immédiates sur les soupçon de malversations qui fuitent quotidiennement dans la presse privée. L’action de la HAPLUCIA sera aussi de plus en plus percutante et visible.”