Infos Togo Affaire Ambassadeur de France au Togo-L’Alternative-Liberté

67 journalistes togolais, en courroux, interpellent Jean Yves Ledrian sur "l’arrogance", "le mépris" et "le complexe de supériorité" de Marc Vizy

Publié le jeudi 19 mars 2020, par Gabinho

Constitués en un Comité dit de soutien aux journaux, L’Alternative et Liberté qui se veut un regroupement contextuel et temporaire..., 67 journalistes togolais sont indignés par les agissements de l’Ambassadeur de France au Togo, Marc Vizy. Pour ces hommes de médias qui ont énuméré dans leur correspondance de saisine du ministre français des Affaires étrangères, les actes répétitifs de M. Vizy, ces actes ne peuvent qu’être interprétés « comme une forme d’arrogance, de mépris, de complexe de supériorité et de l’impression illusoire d’être, en toute impunité, en terrain conquis ».
Lisez le courrier !

Comité de soutien aux journaux
Lomé, le 19 Mars 2020

L’Alternative et Liberté

Tél : 0228 91 96 59 56

Lomé, TOGO

A

Monsieur Jean Yves LEDRIAN

Ministre des affaires étrangères

Paris, FRANCE

Objet : Atteinte à la liberté de presse/
Protestation contre Marc Vizy
Ambassadeur de France au Togo

Monsieur le Ministre,

Plusieurs faits et gestes intrigants de l’ambassadeur de France à Lomé poussent une grande partie de la presse togolaise à vous adresser la présente correspondance.

En effet, début mars 2020 et à la suite de l’élection présidentielle, deux des plus critiques journaux du Togo ont été attaqués par Marc Vizy devant la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac). Pendant de longues années, cette institution constitutionnelle a été et reste perçue à raison, par les médias togolais, comme une sorte de gendarme partisan au service du pouvoir et qui a multiplié des suspensions, des sanctions abusives, des mises en gardes malencontreuses à l’endroit de professionnels des médias qui ne font que leur travail.

En saisissant la Haac contre les journaux L’Alternative et Liberté et en poussant les membres de cette institution à les suspendre alors que les médias incriminés étaient favorables à la publication de droits de réponse, Marc Vizy expose les journalistes dans une période que vous savez si sensible. Ceci est d’autant plus alarmant que quelques mois plus tôt, le même diplomate avait accompagné le directeur général de la Brasserie du Togo au siège de la Haac pour faire pression afin que les articles de plusieurs journaux critiquant le manque d’hygiène de cette société française soient sanctionnés par la haute autorité.

Cette obstination de l’ambassadeur de France au Togo à museler les médias et à exiger par le trafic d’influence des sanctions inappropriées et disproportionnée est d’autant plus suspecte qu’aucun de ses homologues accrédités dans le pays n’use de pareils malsains moyens. Nous avons toujours cru que partout dans le monde, la France devrait être un modèle de défense des libertés fondamentales en général et de la liberté d’expression en particulier.

A priori, la Convention de Vienne n’autoriserait pas un ambassadeur, fut-il de France, à saisir directement des institutions républicaines dans un Etat tiers sans passer par sa hiérarchie.

Nous interprétons ces actes répétitifs de Marc Vizy comme une forme d’arrogance, de mépris, de complexe de supériorité et de l’impression illusoire d’être, en toute impunité, en terrain conquis. Certains que de tels comportements colonialistes ne peuvent qu’amplifier le sentiment antifrançais en Afrique et confiants que le pays des droits de l’homme a encore un rôle important à jouer dans le concert des nations pour cette phase constructive d’Etats de droit en Afrique, nous avons décidé de vous saisir par cette lettre ouverte.

Nous venons par la présente protester contre les attaques répétitives de Monsieur Vizy contre la liberté de la presse et son zèle à exiger des sanctions contre des journalistes qui travaillent dans des conditions déjà si difficiles. Le précédent d’une affaire similaire au Bénin a provoqué, alors que la preuve de son innocence a été apportée, l’arrestation de Ignace Sossou, journaliste d’investigation dont la privation de liberté depuis deux mois a été occasionnée par une lettre de l’Agence française CFI qui s’est heureusement rétractée par la suite.

Inquiets, qu’alors que la démocratie connaît depuis une décennie de sensibles régressions sur le continent notamment dans les pays francophones, nous craignons que des actes de ce genre ne soient exploités par la justice contre la liberté de presse pour laquelle la France s’est tant battue.

Comptant sur votre diligence, Monsieur le ministre des Affaires étrangères, nous vous prions d’agréer l’expression de nos hautes considérations.

Fait à Lomé, le 19 mars 2020

Contact Togo : Fabbi Kouassi, Tél (wathsap) :0228 91 96 59 56

Contact France : MAX-SAVI Carmel, Tél (wathsap) : 0033 6 08 08 99 91

Ampliations :

Présidence de la République, Lomé, Togo
Ministère des affaires étrangères, Lomé, Togo
Ministère de la communication, Lomé, Togo
Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication, Haac, Lomé, Togo
Médias togolais
Médias internationaux
Organisations de défense de droit de l’homme et de liberté d’expression

Le Comité de soutien de soutien aux journaux L’Alternative et Liberté est un regroupement contextuel et temporaire de journalistes, militants des droits de l’homme, écrivains, blogueurs et webactivistes. Objectif ? Défendre ces deux médias contre les attaques dont ils font l’objet de la part de l’ambassadeur de France à Lomé, Marc Vizy.